Viande rouge et mortalité : Institut National du Cancer américain (NCI)

La viande rouge augmente les risques de décès prématuré selon une nouvelle étude de Institut National du Cancer américain (NCI)

Extrait du  caducée.net – la newsletter des professions médicales

Alors que débute en France la saison des grillades et des barbecues, une nouvelle étude de cohorte de l’Institut National du Cancer américain (NCI) publiée au début du mois dans le très sérieux BMJ a identifié à nouveau une corrélation statistique entre la consommation de viande rouge et le risque de décès prématuré. L’intérêt de cette nouvelle étude repose non seulement sur la taille de son échantillon mais aussi sur sa précision puisqu’elle détaille la corrélation entre les différents composants de la viande et pas moins de 9 causes de surmortalité (cancer, pathologie cardiaque, pathologie respiratoire, AVC, diabète, infections, maladie d’Alzheimer, insuffisance rénale chronique, insuffisance hépatique).

Le lien entre consommation de viande rouge et décès prématuré avait déjà été établi par quelques études. Le CIRC classait même la viande rouge comme probablement cancérigène en 2015. Mais il s’agit là d’une confirmation d’une ampleur inédite. Cette étude de cohorte prospective menée pendant 16 ans sur 530 000 personnes âgées de 50 à 71 ans dans 6 états et 2 métropoles aux Etats Unis avait pour objet d’analyser les différentes causes de mortalité liées à la consommation de viande en général et aux différents types de viande en particulier. Pendant la période, les causes de 128 000 décès ont pu être analysées et regroupées selon le profil de consommation de viande des participants sélectionnés.

25 % de risques de mortalité prématurée pour les consommateurs de viande rouge

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ à l’aune des résultats obtenus, les plus carnivores d’entre nous ne vont pas être confortés dans leurs habitudes alimentaires. En effet les plus gros consommateurs de viande rouge encourent un risque de mortalité prématurée toutes causes confondues de l’ordre de 25 % par rapport aux consommateurs les plus modérés. De façon plus précise ils sont statistiquement plus enclins à subir des cancers, des maladies cardiaques, de l’insuffisance respiratoire, du diabète ou encore des maladies hépatiques ou rénales. Seule exception, la consommation de viande rouge semble avoir un effet protecteur contre la maladie d’Alzheimer. Les risques semblent indifférenciés selon que l’on consomme de la viande rouge transformée ou non.
Le sang, le nitrate et les nitrites en cause.

Pour expliquer ce lien statistique, les chercheurs pointent du doigt le fer contenu dans l’hémoglobine et surtout les nitrates et nitrites présents dans les viandes transformées dont la dégradation dans l’organisme entraine un stress oxydatif, divers processus inflammatoires ou encore une résistance à l’insuline. Une corrélation statistique supplémentaire a même été précisément identifiée entre le niveau de ces composants dans l’alimentation et le risque de décès prématuré.

A contrario, quitte à consommer de la viande, il vaut mieux opter pour des viandes blanches que des viandes rouges puisque les chercheurs du NCI ont évalué à 25 % de risque de mort prématurée en moins toutes causes confondues pour ceux qui consomment le plus de viandes blanches par rapport à ceux qui en consomment le moins.

C’est probablement là qu’il faudra chercher le principal enseignement de cette étude en terme de politiques de santé pour tous les pays en développement qui voient leur consommation de viande progresser et qui ont tout intérêt à privilégier les viandes blanches sur les viandes rouges. Pour la plupart des pays « riches », la situation est différente dans la mesure où la consommation de viande diminue régulièrement depuis une vingtaine d’années. Le consommateur moyen présente donc un profil de carnivore de moins en moins risqué au moins pour sa santé. Si l’on place l’analyse sur le plan du développement durable ou même des souffrances animales, les conclusions pourraient être bien différentes.

 

Sources :

 

2017, Coq de Feu et Printemps

Dans la culture d’influence chinoise, nous venons de fêter le Nouvel An et le retour du printemps. Explications.

En Chine, l’année débute avec le nouveau printemps.

Ce n’est pas évident pour nous autres, européens qui faisons rimer Printemps avec retour du beau temps.

Lire la suite

Résolution n°1 : prendre sa santé en main

Recevoir des shiatsus et des soins énergétiques, c’est bien.

Mais essayer de comprendre le fonctionnement des énergies dans son corps et les aider soi-même à mieux circuler, c’est encore mieux.

Stimulation eines Torpunktes in Allergietherapie hochkantAvec pour objectif de renforcer durablement les bienfaits des soins que vous recevez et de gagner en autonomie, je vous propose des séances de formation au Do-in (auto-massage japonais) et d’initiation aux principes de la médecine traditionnelle chinoise. Ces cours auront lieu en petit comité (3 personnes maximum) pour que les exercices et les conseils énergétiques soient adaptés aux terrains énergétiques des participants et à l’énergie du moment.

3 créneaux horaires sont réservés dans la semaine pour ces séances ; les lundi de 12h30 à 13h30, les mercredi de 9h à 10h et les jeudi de 9h à 10h. Les participants s’inscrivent et choisissent eux-mêmes le nombre de séances auxquelles ils souhaitent participer et à quelle régularité.

En savoir plus et s’inscrire aux cours

Conseils d’automne

fruits_legumes_automne1Belles couleurs de la nature, températures encore douces mais piquantes le matin : l’automne est bien installé. En médecine traditionnelle chinoise, l’automne, comme toutes les saisons, comporte plusieurs caractéristiques énergétiques qui lui sont spécifiques et nous rendent plus sensibles à certains types de maladie et d’état d’esprit.

Voici quelques conseils pour profiter pleinement du mouvement de cette belle saison :

  • renforcer l’énergie des poumons : le matin au réveil, tapotez fermement du bout des doigts pendant 1 ou 2 minutes la zone comprise enpercussion-poumontre le haut des seins et les clavicules. En cas de nez bouché, massez en plus la lévre supérieure vers la naissance des narines et le point situé sous la base des index vers la jonction avec le pouce.

 

  • renforcer l’énergie du gros intestins : rien de tel qu’une infusion de cannelle dans la matinée ou en début d’après-midi (pas trop le soir) et saupoudrez de cannelle vos desserts préférez. Son goût piquant et chaud vous dynamisera et ses propriétés désinfectantes vous aidera à éviter les gastro-entérites.  Si vous souffrez d’un déséquilibre intestinal (diarrhée ou constipation), une petite cure de graines de chia ou d’aloé vera devrait réguler ces ennuis.
  • soigner sa peau : la peau est l’organe sensoriel qui correspond au mouvement Métal, le mouvement de l’automne. Surveillez particulièrement sa sécheresse et sa souplesse sur tout le corps et n’hésitez pas à bien l’hydrater en buvant régulièrement (de l’eau tiède de préférence) .

Petit automassage du printemps

Migraines, sciatique, épaules nouées, énervement/frustration et ça empire au printemps ?

Il est temps de vous occuper de vos méridiens Vésicule Biliaire (VB) et Foie (F). Véhicules privilégiés de l’énergie printanière du Bois, ils tendent à se déséquilibrer plus facilement au printemps.

Ils nous parcourent de

Lire la suite

Les 6 énergies

Les 5 mouvements du Ciel font réagir la Terre qui les transforme et les renvoie sous la forme de 6 énergies. Ces énergies également appelée Qi  nous traversent et nous animent via des lignes interconnectées que sont les Méridiens.

Lire la suite

Le Yin et le Yang

DonkeyHotey_Yin Yang - Symbol _Souvent, en occident, on a tendance à simplifier ce principe à une simple opposition alors qu’en fait Yin et Yang sont des notions beaucoup plus complexes.

C’est à la fois des opposés (par rapport à un référent) qui se transforment l’un en l’autre,

Lire la suite