Shiatsu, essais et études

Il est régulièrement reproché au Shiatsu, par le corps médical et les chercheurs, de ne pas avoir une approche scientifique. Il existe quand même quelques travaux dans ce sens.

Et même si les études sur les effets du Shiatsu sont difficiles à réaliser, ceux qui ont eu l’occasion de tenter cette aventure avec le corps médical l’ont toujours fait avec un maximum de sérieux et des résultats très encourageants dans plusieurs domaines : syndrome de l’intestin irritable, soutien en chimiothérapie, préparation aux interventions chirurgicales …

Pourquoi est-ce difficile à mettre en place ?

Pour des raisons objectives de durée de l’étude, de quantification des résultats et aussi des raisons subjectives d’apriori tenaces liées à une méconnaissance du Shiatsu et de la Médecine Traditionnelle Chinoise et à la peur (infondée) d’une mise en cause des pratiques modernes.

Durée de l’étude

La séance de Shiatsu en elle même dure environ 1 heure, il faut plusieurs séances espacées de quelques jours à quelques semaines pour avoir un aperçu des effets complets car progressifs du Shiatsu. Faire une étude dans ces conditions demande du temps aux praticiens et aux receveurs. Les receveurs ne peuvent donc se trouver en quantité suffisante qu’avec l’aide des hôpitaux, cliniques et médecins de plus en plus ouverts à ce type d’approche mais encore plutôt réticents. Les praticiens doivent engager du temps dans ces études et donc se faire financer ou avoir les moyens de le faire gracieusement, or nous parlons en général de praticiens isolés avec des statuts d’auto-entrepreneurs (pas de laboratoires).

Des a priori

Le Shiatsu s’appuie sur la théorie de la Médecine traditionnelle chinoise : on va parler d’anatomie, d’organes, de fonctions mais aussi de mouvements d’énergie, de méridiens etc. Cette approche, qui pourtant ne va pas à l’encontre de la science, perturbe beaucoup de médecins et scientifiques par méconnaissance et a priori. Heureusement, ceux qui se penchent sérieusement dessus sont surpris par sa logique et ses résultats qu’ils essaient ensuite de corroborer et redécouvrir par des méthodes issu des sciences modernes.

Aspect global du Shiatsu

D’autre part, le Shiatsu va agir d’une façon globale sur la personne et pas seulement sur la problématique (douleur, syndrome, maladie) testée. A travers le Shiatsu, le praticien va essayer d’agir à la fois sur les causes du problème (si elles ne ont pas purement externes) et sur les conséquences du problème, que ces causes et conséquences soient physiques ou psychologiques.

Une approche personnalisée

Le Shiatsu ne fonctionne pas comme l’administration d’un médicament. C’est aussi une approche personnalisée : pour un même problème apparent, on ne va pas travailler de la même façon sur Pierre ou sur Paul car les historiques médicaux et les conditions de vie de Pierre et de Paul sont différents. Le critère habituellement cité de la preuve scientifique : « une même action entraîne un même résultat. » peut s’appliquer au Shiatsu mais pas de la façon simpliste avec laquelle il est trop souvent avancé par des personnes qui ont l’impression que leur bases de connaissances sont remises en cause.

Le recours au Shiatsu thérapeutique, données et fait. Rapport Peter Itin et Barbara Franck 209-2012

Un commentaire, un retour d'expérience, une suggestion ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.