Vous boirez bien une tasse d’eau chaude ?

L’hiver, il faut boire chaud. Mais boire quoi ? Chaud comment ? Pourquoi est-ce si important ?

En médecine chinoise, quelle que soit la saison mais plus encore lorsque les températures extrêmes (en froid ou en chaud), on vous conseille de boire chaud ou, au minimum, à température ambiante mais jamais une boisson glacée ou qui sortirait du frigo.

Pourquoi ?

Une boisson froide (moins de 20°C) va venir « estomaquer » le corps (choquer l’estomac). Le système digestif fonctionne parfaitement à un peu plus de 37°C. Tout ce que l’on ingurgite au-dessous de cette température devra être réchauffé par le corps pour pouvoir être digéré donc  :

  • soit votre thermostat interne va se déclencher (d’autant plus brutalement que la boisson est froide) pour remonter votre température interne et vous gaspillerez beaucoup d’une précieuse énergie et serez en sueur et/ou fatigué
  • soit vous êtes déjà en vide d’énergie et votre estomac et vos intestins vont se refroidir et ralentir la digestion en cours provoquant ballonnements, douleurs plus ou moins fortes, diarrhées ET de la fatigue en plus

Vous êtes perdant dans les 2 cas, donc BUVEZ CHAUD : votre digestion sera facilitée avec tout ce que cela implique de regain d’énergie, vous vous sentirez bien mieux physiquement et psychologiquement très rapidement.

Chaud, pas brûlant

Pour les raisons que nous venons d’expliquer, il faut que les boissons soient au-dessus de 37°C. Cependant, nous ne devons pas boire trop chaud. Du point de vue des médecines énergétiques, si vous buvez trop chaud, en réaction, votre régulateur thermique va abaisser votre température interne, ce qui n’est pas souhaitable en hiver car un abaissement de votre température générale va vous fatiguer. D’un point de vue anatomique, boire de façon répétée des boissons trop chaudes endommage les cellules de la bouche, de la langue, de l’œsophage et de l’estomac qui sont obligées de se renouveler à un rythme plus rapide que se qu’impose la nature accentuant ainsi le risque d’un cancer buccal, de la gorge ou de l’estomac.

La température idéale sera entre 40 et 50°C pour que ce soit efficace et sans danger.

Et on boit quoi ?

Café, thé, chocolat, infusions, grog … on a le choix. Sauf un petit grog avant d’aller se coucher en cas de rhume (et encore …), je ne conseille jamais de boissons alcoolisées.

De l’eau chaude ?  Sans modération. Ce qui est recherché en priorité pour cette saison, c’est la chaleur et l’hydratation. L’eau chaude a tout juste dans sa simplicité.

Thé ? C’est la boisson préférée des pays où l’on pratique traditionnellement la méditation ou l’art du zen. Mais la théine me direz-vous. A l’inverse de la caféine, la théine se diffuse dans l’eau dès les premières minutes d’infusion. C’est la raison pour laquelle, en Chine, traditionnellement on boit du thé tout au long de la journée mais sans changer les feuilles de la théière et bien sûr sans sucre, ni lait. De ce fait, la première tasse du matin est forte en théine et donc très tonique. Au fil de la journée et des rajouts d’eau chaude dans la théière, le thé continue à libérer son arôme mais de moins en moins de théine : les dernières tasses de la journée ne vous empêcheront pas de dormir et vous en profiterez que de la chaleur et du goût réconfortant de la boisson.

Infusions diverses ? L’idéal pour varier les goûts et profiter des bienfaits des plantes et épices selon les besoins de chacun.

  • Souvent enrhumé : infusion avec du thym et du romarin agrémenté d’un filet de citron.
  • Un peu déprimé : infusion de laurier ou de basilic.
  • Frileux : de la cannelle.
  • Apathique : du gingembre.
  • Lourd : de la menthe, de l’anis et/ou du fenouil.
  • Énervé, colérique : camomille, fleur d’oranger, romarin, reine des prés

La seule chose importante à retenir, c’est qu’il faut varier les mélanges au fil des jours : on peut prendre pendant 4-5 jours une infusion de façon exclusive mais il faudra en changer les jours suivants sous peine de dérégler vos énergies internes. Par exemple, si vous êtes énervé et vous prenez des plantes calmantes : ce sera très efficace mais au bout de quelques jours, votre cerveau aura pris l’habitude de s’appuyer sur cette béquille botanique plutôt que de créer lui-même les hormones apaisantes dont vous besoin. Donc, la phytothérapie comme pour toutes les thérapies ne doit intervenir que ponctuellement, avec le bon dosage et la bonne durée.

Café ? Vous pouvez raisonnablement prendre quelques (2-3) petites tasses de café dans la matinée et en début d’après-midi. Notez bien qu’un café fort en goût n’est pas fort en caféine. En effet, la caféine a besoin de temps pour passer de la poudre de café à l’eau alors que l’arôme est libéré très vite donc un café peu infusé sera fort en goût et pauvre en caféine en revanche un café de type « américain » qui a infusé plus longuement contiendra beaucoup plus de caféine pour un goût dilué. Donc préférez un café à l’italienne, sans sucre bien sûr.

Chocolat ? Boire un cacao, un vrai plaisir régressif. C’est chaud, c’est doux mais attention, le bol de chocolat vous apporte aussi des sucres et des graisses. Pour se faire plaisir occasionnellement donc.

Si vous souhaitez commenter cet article

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire